quarta-feira, agosto 06, 2008

Os Jogos Olimpicos da Era Moderna na China Contemporânea

Os marxistas do PC Chinês continuam devotos das tradições milenares da China.

Sabe-se que cultuam a numerologia.

Para os chineses o 8 é o número de "oiro", o que transporta em si todas as benesses do mundo.

Em que data se vai realizar a abertura dos jogos olímpicos? No dia 8, do mês 8 e do ano...2008 e, provavelmente, iniciar-se-á às 8,00horas!

Mas nem só destas singularidades vivem os Jogos Olimpicos de Beijing.

Veja-se o interessante artigo que o matutino parisiense Le Monde publica hoje. Vai sem tradução, por preguiça minha, mas para desenferrujar o francês de quem não o pratica há muito tempo.


"Pékin sous tension, deux jours avant les Jeux
Valérie Niquet : "Les Jeux pour symboliser l'ouverture de la Chine"

A deux jours de l'ouverture des Jeux olympiques, la tension sécuritaire est montée d'un cran en Chine. Mercredi 6 août, les autorités ont arrêté quatre étrangers, qui défiaient le pouvoir en appelant à un "Tibet libre" devant le stade national, alors que la flamme olympique rentrait à Pékin. Selon l'agence officielle Chine Nouvelle, deux Britanniques et deux Américains ont été interpellés par la police, douze minutes après avoir déployé une première banderole près du "nid d'oiseau". Mais selon le groupe Students for a free Tibet, les militants – trois hommes et une femme – sont restés près d'une heure et demie à côté du stade.

"Nous avons mené cette action pour souligner l'utilisation de ces JO par les autorités chinoises comme outil de propagande", a expliqué Iain Thom, un Ecossais de 24 ans. Les quatre manifestants sont entrés en Chine avec des visas de touristes, a indiqué la police à Chine Nouvelle. Selon
Students for a free Tibet, les quatre militants ont déployé trois banderoles, deux en anglais et une en chinois. "On ne risque pas de les revoir de sitôt", a commenté la directrice de l'ONG, Lhadon Tethong, précisant que cette action, "vigoureusement condamnée" par le comité d'organisation des Jeux, était préparée "de longue date".
UN MÉDAILLÉ DES JEUX D'HIVER PRIVÉ DE VISA
Les autorités chinoises ont déployé d'importants moyens de sécurité autour des sites olympiques, invoquant la menace terroriste. Mais pour certains militants des droits de l'homme, ces mesures visent avant tout à empêcher toute manifestation qui pourrait ternir l'organisation des Jeux. Outre la question du Tibet, Pékin craint que soit remise en cause son engagement au Darfour (Soudan). Mercredi, l'Américain Joey Cheek, médaillé d'or de patinage de vitesse en 2006 et militant de la cause du Darfour, a eu son visa pour la Chine révoqué. "En dépit du fait que j'ai toujours parlé de manière positive de l'idéal olympique et jamais appelé à un boycott ou demandé à un athlète d'enfreindre une règle du CIO, mon visa a été révoqué moins de 24 heures avant mon départ", a déclaré M. Cheek, l'un des co-fondateurs de Team Darfur. Le responsable de l'ambassade de Chine à Washington, qui a prévenu M. Cheek de cette décision, lui a indiqué qu'il n'était "pas tenu d'avancer une raison" pour la révocation de son visa.
Joey Cheek devait se rendre à Pékin pour soutenir plus de 70 athlètes en compétition qui se sont engagés à attirer l'attention pendant les Jeux sur les violences au Darfour et sur le rôle que pourrait jouer la Chine et la communauté internationale pour y mettre fin. "Je suis attristé de ne pas pouvoir assister aux Jeux (...) Le refus de mon visa s'inscrit dans un effort systématique du gouvernement chinois pour contraindre et menacer les athlètes qui s'expriment au nom des populations innocentes au Darfour". Washington a officiellement protesté.
RAPPEL À L'ORDRE
Face au durcissement de ces mesures de sécurité, les partenaires de la Chine haussent le ton. Les Etats-Unis ont ainsi rappelé mardi à la Chine les engagements qu'elle avait pris en se portant candidate à l'organisation des JO, après les brutalités infligées lundi à deux journalistes japonais par la police chinoise. "La Chine avait promis que les journalistes pourraient travailler librement pendant la période menant aux Jeux olympiques et pendant leur durée, a souligné un porte-parole du département d'Etat. La détention et les coups infligés à deux journalistes japonais qui tentaient de faire un reportage sur l'attentat du 4 août à Kashgar contredisent l'esprit des engagements de la Chine."
Masami Kawakita, photographe du quotidien Tokyo Shimbun, et Shinji Katsuta, caméraman de Nippon News Network, ont été interpellés par des policiers paramilitaires lundi soir alors qu'ils tentaient de prendre des images de Kashgar, où a eu lieu un attentat, lundi matin, qui a tué 16 policiers, dans la région à majorité musulmane du Xinjiang. Emmené dans un bâtiment gouvernemental, Masami Kawakita dit avoir été plaqué au sol, le pied d'un policier maintenant sa tête contre terre, puis avoir aussi reçu des coups de pied. De son côté, Chine Nouvelle indique simplement que la police s'est "affrontée" aux journalistes nippons et que "l'antenne locale des affaires étrangères leur a présenté mardi des excuses". Des policiers ont par ailleurs fait irruption dans la chambre d'un photographe de l'AFP, le forçant à effacer les photos qu'il avait prises du site de l'attaque. Mardi, les journalistes en reportage à Kashgar étaient escortés par des policiers en civil."


JA

3 comentários:

Ricardo disse...

só um pequeno pormenor ou, no caso, para os chineses, um pormaior: os jogos vão iniciar-se no dia 8, do mês 8, do ano 2008, às 8h e 8 minutos.....

será a isto que chamam paciência de chinês????

mdsol disse...

Não sou muito entendida mas... creio que, pelo menos a médio prazo, os JO serão mais prejudiciais oo "regime" do que o reforçarão. Aliás, os JO tendo uma escala planetária, são uma possibilidade imensa para "mostrar" o que por lá vai. Mesmo com censuras... vê-se que há censura...mesmo com repressão...vê-se que há repressão. Mesmo com... mas vê-se....
Mais uma vez, o desporto pode ser uma lente de aumento do que se passa! E neste caso, ...
É só uma opinião...
(shiiiiiiii desculpe o testamento...)!
:)

Aqueduto Livre disse...

Caríssima Maria do Sol,

Se me permitir assino, também, por baixo o seu lúcido comentário.

Abraço,

Zé albergaria